Reboisement annuel des corps paramilitaires

Les corps paramilitaires mettent en terre 1 000 plants au Sanctuaire Notre Dame de Yagma

Les corps paramilitaires ont organisé, le samedi 11 août 2018 au Sanctuaire Notre Dame de Yagma à Ouagadougou, le 13e de leur reboisement annuel. reboisementDGD2018Pilotée par la Direction Générale des Douanes (DGD), chef de file de cette édition, l’opération a permis de mettre en terre 1000 plants composés de manguiers, de cailcedrats, de neems et de flamboyants.


Briser les barrières, favoriser la cohésion, renforcer la fraternité entre corps paramilitaires et lutter pour un Burkina vert. C’est cette philosophie qui guide, depuis 13 ans maintenant, la Police nationale, la Police municipale, les Eaux et Forêts, la Douane et la Grade de sécurité pénitentiaire, à travers le reboisement annuel des corps paramilitaires. Avec la Direction Générale des Douanes comme institution chef de file, l’édition 2018 a été organisée sous le thème : « Corps paramilitaires : engageons-nous à planter et à entretenir les arbres pour un accroissement de la production agro-sylvo-pastorale ». Comme un seul corps et dans une ambiance emprunte de cohésion et de fraternité, les corps paramilitaires ont planté 1 000 espèces locales composées de manguiers, de flamboyants, de cailcedrats et de neems dans l’enceinte protégée du Sanctuaire Notre Dame de Yagma.

Dans la joie de la communion pastorale avec le cardinal Philippe OUEDRAOGO et au nom de l’équipe presbytérale, le recteur du Sanctuaire Notre Dame de Yagma,reboisementDGD2018 1 l’abbé Narcisse GUIGMA a remercié les corps paramilitaires pour leur préoccupation d’aider à reverdir le sanctuaire. « C’est un acte religieux de responsabilité environnementale parce que la papauté nous y éclaire dans un appel à une reconversion écologique globale : la dégradation de l’environnement est étroitement liée à la culture qui façonne la communauté humaine », a-t-il dit. Par ce reboisement, a estimé l’abbé GUIGMA, les paramilitaires rappellent à tous que le défi urgent de sauvegarder la maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille dans la recherche d’un développement durable et intégral.

Pour sa part, la Directrice Générale Adjointe (DGA) des Douanes, Micheline ILBOUDO, a salué la grande mobilisation des corps paramilitaires pour cette campagne 2018 dont la DGD est le chef de file. reboisementDGD2018 2En phase avec les orientations avec du ministère en charge de l’environnement, le reboisement annuel, a poursuivi, la DGA/Douanes, rappelle l’importance de la protection de l’environnement en général et la place de l’arbre en particulier, dans un contexte national et international marqué notamment par les changements climatiques. « Cette opération est donc la modeste contribution des corps paramilitaires dans la lutte contre l’avancée du désert et pour la préservation de l’écosystème », a-t-elle soutenu. Se référant à une étude publiée en 2017, la DGA a confié que 9600 espèces d’arbres sont menacées de disparition dans le monde et qu’au Burkina Faso, on estime à seulement 14%, le taux de couverture forestière avec de nombreuses espèces en voie d’extinction, contre une norme internationale d’au moins 30%.

Le thème de cette opération, est selon Micheline ILBOUDO, en rapport avec le thème national « Plantons et entretenons les arbres pour contribuer à l’accroissement de la production agro-sylvo-pastorale ». Il est la preuve, a-t-elle renchéri, que les corps paramilitaires ne sont pas en marge des défis de la désertification, des changements climatiques et de l’érosion de la diversité biologique. En 12 éditions, les actions conjuguées des corps paramilitaires ont permis de mettre en terre plus de 20 000 plants sur divers sites.

Déplorant le relatif faible taux (moins de 40%) de survie des arbres plantés lors des campagnes nationales de reboisement, Mme ILBOUDO/DIALLO, a indexé entre autres, la divagation des animaux, les sècheresses, les reboisements sans suivi, la mauvaise qualité de certaines espèces et l’inadaptation de certaines espèces aux sites de reboisement. Elle a donc exprimé la détermination des corps paramilitaires à bien entretenir les 1000 plants mis en terre en tandem avec les premiers responsables du Sanctuaire de Yagma. Avant que les corps paramilitaires ne se quittent, la DGA/Douanes a passé le témoin à la Garde de Sécurité Pénitentiaire (GSP) qui sera le Chef de file de l’édition 2019.

   Espaces Privés

image extranet5
image webmail5
image intranet5