Port de Tema au Ghana : les partenaires et les parties prenantes informés de l’opérationnalisation d’un système de déclaration anticipée


En vue de la mise en place d’une plateforme de déclaration anticipée des marchandises au port de Tema au Ghana, la Direction Générale des Douanes (DGD) plateforme decleation DGDa organisé, le mardi 16 octobre 2018 à son siège à Ouagadougou, une rencontre d’informations, de sensibilisation et d’échanges avec ses partenaires traditionnels et les parties prenantes sur l’opérationnalisation de ce système.

A compter du 1er janvier 2019, les opérateurs économiques devront faire à l’avance, la déclaration de leurs marchandises qui transitent par le Ghana et à destination du Burkina Faso. Pour leur porter officiellement l’information, la Direction Générale des Douanes (DGD) a organisé une rencontre le mardi 16 octobre à Ouagadougou.

A l’entame des échanges, le Directeur Général (DG) des Douanes, Adama SAWADOGO, en compagnie de ses plus proches collaborateurs, a expliqué à l’assistance que c’est le contexte ghanéen qui a orienté cette décision. « Le Ghana a constaté que beaucoup d’opérateurs économiques qui transitent par ses différents ports déclarent être en transit vers les pays de l’Hinterland. Mais très souvent, ces marchandises ne quittent pas véritablement le territoire ghanéen, avec des déversements frauduleux. Cela constitue une véritable hémorragie financière pour le Ghana et les pays de l’Hinterland », a précisé le DG des douanes. Pour lutter contre le phénomène, le Ghana a décidé qu’à compter du 1er janvier 2019, et dans l’intérêt de tous que ce système de déclaration anticipée soit mis en œuvre.

« La partie ghanéenne mettra à notre disposition des locaux et son système informatique pour nous transférer les manifestes des marchandises qui arrivent de l’étranger »,plateforme decleation DGD 1 a-t-il précisé. Les opérateurs économiques devront payer les droits à ECOBANK, l’intermédiaire entre les deux administrations, à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso et l’avis de crédit sera immédiatement transféré à la structure burkinabè basée au port de Tema. « C’est au vu de cette quittance et des autres documents nécessaires pour le voyage du conteneur que la partie ghanéenne libèrera le conteneur », a soutenu le DG SAWADOGO. A la suite de l’exposé du DG, les acteurs ont posé des préoccupations relatives aux avantages en termes de gain de temps, du fonds de garantie, du suivi satellitaire, des marchandises bénéficiant de franchises, de l’avenir du bureau frontière de Dakola et de la possibilité de payer par les autres banques, entre autres. Pour le DG des Douanes, le paiement anticipé ne change en rien le processus actuel de dédouanement. « Les procédures de dédouanement se feront comme elles se font actuellement au Burkina Faso. C’est seulement les droits qui seront payés à l’avance et la quittance sera envoyée à Tema. Une fois la quittance envoyée, le Ghana libère les marchandises », a clarifié M. SAWADOGO. Quant aux produits et marchandises spécifiques, a-t-il dit, des concertations se feront avec les acteurs concernés pour trouver la meilleure solution.plateforme decleation DGD 2 Déjà, a rassuré le DG des Douanes, la nouvelle mesure n’a pas pour ambition d’allonger les procédures et le temps de mainlevée des marchandises. Au contraire, elle vise à faciliter le dédouanement et le transit des marchandises vers le Burkina Faso. Pour sa part, Ida TOE, la responsable des banques de la transaction de ECOBANK Burkina a confié que le choix de sa banque s’explique par le fait qu’elle a décidé d’accompagner les Etats africains dans leurs efforts de digitalisation des services publics. « Le Directeur Général des douanes a émis le vœu que les paiements émanant d’autres banques intègrent la plateforme pour le paiement des droits. Dans sa conception, la plateforme pourra intégrer les autres banques. Au départ, le paiement devait se faire par ECOBANK et les autres banques seront intégrées progressivement. Mais nous venons de prendre en compte la préoccupation du DG des douanes et elle sera remontée au concepteur de la plateforme pour qu’elle soit prise en compte », a-t-elle soutenu.

Après cette première rencontre, a poursuivi le DG SAWADOGO, la procédure sera affinée au sein d’un comité qui sera mis en place en concertation avec l’ensemble des acteurs représentatifs du secteur pour porter à la partie ghanéenne, les préoccupations des parties prenantes du Burkina Faso. Pour le DG des douanes, le système va certainement s’étendre aux autres ports de la sous-région, au regard du fait qu’il permettra aux pays côtiers et de l’Hinterland, de stopper les pertes de ressources liées à la fraude. Emmanuel YODA, directeur général adjoint de la Chambre de commerce en charge des infrastructures et du développement durable, a remercié la DGD pour avoir associé les acteurs de la chaine à cette rencontre. « Dans le cadre du comité qui sera mis en place, la Chambre de commerce va porter les préoccupations des acteurs du commerce », a-t-il noté.

   Espaces Privés

image extranet5
image webmail5
image intranet5